Paroisses‎ > ‎

Poucet


Bref historique

 

Poucet est cité dans un acte de 1124 relatif à une donation de Walthère de Trognée au monastère de Cluny; Poucet s’appelle alors Puceis. 

A cette époque Poucet se trouve à la limite du duché de Brabant, les villages voisins de Trognée, Abolens et Blehen étant situés dans la Principauté de Liège. En 1362, la Seigneurie de Poucet, aux mains d'Arnould de Rummen, dépend du Comté de Namur. Plus tard, avec ce Comté, la Seigneurie passe sous le contrôle de Philippe le Bon. 

En 1541, la seigneurie de Poucet devient propriété de Bernard de Mérode, elle dépend de la cour féodale de Brabant. A la suite de combats entre Espagnols et Hollandais aux environs de Hannut, la seigneurie passe sous dépendance du roi d’Espagne. En 1644, Philippe IV d’Espagne vend les seigneuries de Poucet et d’Abolens à Jean de Mombeek. Ces deux propriétés sont revendues en 1662 à Arnold de Longchamps. Le dernier seigneur fut le colonel de Collaert qui décéda en 1836.

 

Croquis panoramique

 

Poucet est un petit village agricole en plein centre des riches terres limoneuses de la Hesbaye. Il est parfaitement représentatif de la Hesbaye hannutoise: quasiment plat, ses champs sont emblavés de toutes sortes de céréales, de légumes, de fruits, de plantations d'arbres fruitiers en lieu et place des cultures traditionnelles. La plupart de ses habitants vont chercher leur travail à l'extérieur, et la vie associative est essentiellement axée sur la Maison de village. Deux belles fermes, des potales et quelques beaux édifices sont maintenant entourés de maisonnettes contemporaines dont les nouveaux habitants ont fait gonfler le chiffre de la population dans les années 1990.

 

L’église

 

Déjà mentionnée au début du 12e siècle, l’église de Poucet était une construction en bois et torchis. Un autre bâtiment fut ensuite construit pour le culte mais en 1579 il fut brûlé et détruit par des soldats d’occupation, les habitants y ayant rassemblé leurs biens par crainte du pillage. 

Jusqu’en 1793, on ne baptisait pas à Poucet mais à Bertrée. L’évêque de Namur, sollicité par le curé de Poucet, mit fin à cette situation en accordant à cette date l’autorisation d’ériger des fonts baptismaux. 

Au milieu du 17e siècle, une nouvelle église sans pavement est construite. Sur demande insistante du curé Gilot, elle sera enfin carrelée en 1761. En 1908 son clocher flambe et n’est pas reconstruit. En 1919, le reste du bâtiment est finalement abattu. 

En 1924-26, une nouvelle église consacrée à Saint-Martin est construite dans le style néogothique. Elle présente la particularité d’être orientée vers le nord. Dans l’histoire de cette nouvelle église on peut relever la chute du coq suite à un grand vent, le vol d’une cloche (Martin) par les Allemands en 1942 et la bénédiction d’une nouvelle cloche de 722 kg. en 1956.


Comments